Toutes les planètes du système solaire portent un nom en référence au panthéon des divinités grecques et romaines. Voici brièvement résumé l’origine de ces noms.

 

Mercure

Mercure est le dieu romain du commerce et messager des dieux. On le représente souvent coiffé d’un chapeau orné de deux ailes, un caducée à la main et avec des ailes aux pieds. Les Romains ont donné le nom de Mercure à la planète la plus proche du Soleil en raison de sa vitesse de déplacement. Elle fait le tour du Soleil en seulement 88 jours.

 

Vénus

Vénus est la planète la plus brillante du ciel. Son éclat fait référence à la déesse de l’amour… Pour la petite histoire, Vénus a eu deux enfants avec Mars : Phobos et Deimos. Ils ont donné leur nom aux deux satellites naturels de la planète Mars.

 

La Terre

L’origine du nom de notre planète viendrait de la divinité Gaïa (Terre). Elle représente plus qu’une simple déesse, car c’est la « déesse mère ». Les anciens Grecs l’assimilaient comme l’élément primordial d’où sont issues les races divines.

 

Mars

A cause de sa couleur rouge-orangé, proche du sang, les Romains l’ont baptisée du nom du dieu de la guerre. La couleur de la « planète rouge » vient de la rouille qui recouvre les roches martiennes.

 

Jupiter

Jupiter est la plus grosse planète du système solaire. Elle porte donc très bien son nom car il fait référence au principal dieu romain. A la fois « Dieu-Père » et dieu du ciel, il gouverne les autres dieux. Zeus, son pendant grec, siège au sommet de l’Olympe.

 

Saturne

A l’œil nu, Saturne est la plus lointaine planète visible. Dieu romain, Saturne est l’équivalent de Chronos pour les Grecs, le dieu du temps. Son mouvement lent autour du Soleil (29 ans) rappelle la lente marche du temps.

 

Saturne au télecope © Fabien Joyau

Saturne au télescope © Fabien Joyau

 

Uranus

Invisible à l’œil nu, Uranus a été découverte plus tardivement (en 1781) par l’Anglais Herschel, grâce à un télescope. Après avoir été nommée « astre de Georges » en hommage au roi Georges III, Johann Bode (astronome allemand) la nomma Uranus dans la continuité des noms du panthéon gréco-romain. Uranus est le latin d’Ouranos, la personnification du ciel.

 

Neptune

Comme Uranus, la découverte de Neptune fut tardive. Urbain Le Verrier la découvre en 1846, grâce à des calculs. Voulant donner son nom à « sa découverte », l’astronome français se heurte à l’opposition de ses pairs. L’usage des noms mythologiques est sauf ! C’est finalement Neptune, le nom du dieu Romain de la mer (Poséidon pour les Grecs) qui fut choisi.

 

 

Sources et éléments bibliographiques :

– Luminet Jean-Pierre, L’Univers en 100 questions, Tallandier, coll. « Texto », 2015.

– Encyclopédie Larousse

– www.espace-sciences.org